Hitman 2 : un énième contrat pour l’agent 47

Hitman 2 se situe narrativement juste après le premier opus de la trilogie Hitman. Comme à notre habitude, on contrôle l’agent 47, homme de main d’une organisation secrète. Tuer des cibles, s’infiltrer, voler des renseignements, voilà nos missions. On ira même saboter une course de F1 ou détruire un dangereux virus. Mais alors quelle différence avec le premier épisode ? C’est ce que nous allons voir.

Pour rappel, n’hésitez pas à (re)lire notre test du premier épisode où vous trouverez davantage de détails sur le jeu Hitman.

Pas de renouveau scénaristique, la suite linéaire de Hitman

Dans Hitman 2, on retrouve le client de l’ombre qu’on a découvert dans le premier épisode. L’agent 47 continue de suivre les ordres de Diana, son contact à l’International Contract Agency qu’on avait pu déjà découvrir. Encore une fois, l’histoire manque de profondeur. L’écriture est plutôt bonne d’un point de vue scénaristique et on retrouve bien l’intrigue classique de Hitman avec le combat ICA contre Providence. Mais les cinématiques – bien que jolies et travaillées – manquent toujours de profondeur. On aimerait découvrir les émotions de l’agent 47 par exemple. Dommage. Toutefois, le bon point à retenir, c’est qu’on a envie de connaitre la suite après chaque mission. A chaque fois, une cinématique nous présente les objectifs et fait le lien entre ce qui se passe et la trame principale de l’histoire.

L’agent 47, toujours le roi de l’infiltration

Bien sûr, nous avons le droit à un tutoriel au début du jeu. Ce dernier est très réussi et on se ré-introduit rapidement dans l’histoire (si vous avez joué à l’épisode précédent). Les mécaniques de jeu sont présentées une par une, progressivement.

Un gameplay identique, on ne change pas une solution gagnante

Hitman 2 vous promet tellement de possibilités pour remplir vos contrats… et c’est réussi ! Vous avez un très large choix d’armes, de costumes et de lieux à découvrir. Tuer une cible avec un robot ou en écraser une avec une statue ? À vous de choisir ! C’est toujours aussi agréable de pouvoir laisser libre cours à son imagination. De la manière forte à la plus subtile, le jeu vous laisse vraiment le choix, comme une sandbox. Par rapport à Hitman, on remarquera qu’il y a différents objets ajoutés en plus mais c’est en fonction du niveau choisi, un thème par niveau avec des dizaines d’objets. En revanche, petit point négatif : l’IA est toujours aussi moyenne et réagit parfois étrangement.

Les décors restent un régal pour les yeux

Hitman 2 impressionne tout comme son prédécesseur par la beauté des niveaux. De tailles différentes, ils sont vraiment très immersifs et nous plongent dans le rôle de l’agent 47 comme si nous y étions. Il y a beaucoup de détails en particulier sur le comportement des passants. Un bel effet de fourmilière.

GamesCom 2018 : premières infiltrations réussies sur Hitman 2 | Journal du  Geek
Premier niveau : la course de voiture avec pas mal de monde !

En somme, Hitman 2 n’apporte aucune nouveauté par rapport au précédent épisode que ce soit en terme de gameplay ou de scénario. Mais on peut facilement passer à côté de ces inconvénients car les six niveaux sont maîtrisés à la perfection et c’est ce qu’on apprécie. Plutôt grands et libres à l’exploration, la jouabilité est incroyablement bonne et vous pourrez passer plus d’une dizaine d’heures sur le même niveau tant il y a à explorer et tant il existe de nouveaux moyens de remplir vos contrats ! Si vous avez aimé Hitman, vous ne pourrez qu’adorer Hitman 2 !

Un grand merci à LU6.1 pour m’avoir permis de tester le jeu !

Ce contenu est cool ? Partage-le !