Wavetale : l’appel du grand large, ce conte féérique qui nous a fait rêver

À la grande surprise de tous, Google n’a visiblement pas mis toutes ses cartes sur la table pour cette fin d’année. Lors du Thunderful World, l’éditeur – ou plutôt Mark Hamill, oui Mark Hamill himself – a présenté nombreuses de ses sorties de jeux dont Wavetale, une création originale d’action-aventure à la troisième personne signée par les équipes du studio Zoink, à l’origine notamment de Lost in Random. Exclusivité temporaire « First on Stadia », le jeu est déjà disponible sur Stadia pour 29.99€ et comme c’est le cas avec l’exclusivité temporaire Hello Engineer, Wavetale est aussi inclus sans frais supplémentaires dans le catalogue Stadia Pro. On a donc passé plusieurs heures à Ville-Rivage, prêt à vous donner un avis sur ce jeu pour lequel on se jette bien volontiers à l’eau.

Envie d’essayer le jeu avant sa sortie l’année prochaine sur PC et consoles ? Vous pouvez le faire gratuitement si vous découvrez l’abonnement Stadia Pro pour la première fois avec un mois offert ! Il y a aussi une offre spéciale Lenovo de trois mois gratuits Stadia Pro, profitez-en !

Pour situer le contexte, rappelons que Google avait signé un partenariat en fin d’année 2020 avec Thunderful de façon à proposer nombre de leurs jeux sur la plate-forme comme Steamworld Heist, Steamworld Quest, Steamworld Dig 1 & 2, Headhunter… en plus de projets en étroite collaboration avec la firme de la Mountain View, comme Wavetale, arrivé sur Stadia sous la forme d’une exclusivité temporaire, intégrée dans Stadia Pro.

Partenariat Thunderful x Stadia // Source : Klaus Lyngeled stadia.dev

Perdue en pleine mer, le cœur sur la main

Pour faire court, Wavetale est un jeu d’action-aventure à la troisième personne qui suit Sigrid, une jeune fille pêcheuse qui vit avec sa grand-mère. Par un beau soleil levant sur ces magnifiques eaux turquoises, un mystérieux brouillard commence à se former autour de l’île… Sigrid comprend alors que cette journée ne sera pas ordinaire : Ville-Rivage est en effet attaqué par ce qui ressemble à une matière sombre et maléfique, « la mélasse », en plus de contenir de petits parasites diaboliques. Notre héroïne fait par la même occasion la rencontre d’une ombre mystérieuse qui lui donne le pouvoir de marcher sur l’eau et avec qui on se lit d’amitié très rapidement. Pour repousser le mal qui fige les habitants de l’archipel, vous devrez réunir des étincelles pour rallumer les phares, la lumière étant efficace contre cette chose visqueuse… On verra par la suite, jusqu’à la fin de l’aventure que Sigrid aura un rôle à jouer bien centrale pour faire disparaître la « mélasse » pour de bon.

Direction artistique très jolie, vivante…

Si le scénario est plutôt intéressant à première vue, le vrai bonheur est de pouvoir naviguer librement sur l’eau, explorer les îles et trouver des trésors, discuter avec les habitants et en apprendre plus sur cet univers, bref vous l’aurez compris, Wavetale procure de bien belles sensations enivrantes. D’un point de vue technique, Wavetale est quasiment irréprochable du fait qu’il témoigne d’un grand soin apporté à la fluidité (60 FPS en 1080p et même en 4K !), aux textures oscillant entre le charme d’un cartoon et d’une bande-dessinée… Les déplacements dans ce monde tantôt coloré par le soleil, tantôt assombri par la mystérieuse brume sont grisants tant par le charme de se laisser porter sur l’eau, que de faire la course avec les poissons et d’aller où bon nous semble dans l’archipel.

De charmantes animations pour des cinématiques immersives

… et qui se prête à l’humour

Les équipes derrière Wavetale ont réalisé de superbes animations faciales, de mouvements en plus des textures qui donnent vraiment un aspect coloré peu commun dans l’industrie… Une chose qui nous a fait bien sourire – et vous aussi, on n’en doute pas – est l’humour bien pesé de certains protagonistes, comme Grand-Mère. Surtout que la narration témoigne d’une linéarité au final bienvenue pour s’immerger plus facilement dans l’univers du jeu, assez mystérieux en première approche. Enfin, au niveau des musiques, elles sont douces et agréables… Mais surtout en cohérence avec le ton poétique qui se dégage du jeu même si elles sont un peu trop répétitives à certains passages.

Un archipel avec un univers riche en émotions

Au cours de l’aventure, on pourra faire la connaissance de bien nombre d’habitants de l’île, en dehors de raconter leur histoire – ou leurs relations avec les « Pattes Sales » de bien mystérieux antagonistes dont vous saurez bien plus au fil de l’aventure – ceux-ci nous donnent des quêtes secondaires comme par exemple Asta qui nous défit à des courses contre-la-montre. Comme récompense de succès, vous obtiendrez de l’argent étincelle jaune, la même qui apparaît quand vous tuez un ennemi, une sorte de monnaie au final utile pour améliorer notre garde-robe. On aurait aimé pouvoir acquérir les compétences de départ un peu moins facilement, par exemple en récupérant bon nombre de cette monnaie… Notez aussi que vous pourrez trouver quelques collectibles supplémentaires pour étoffer votre connaissance de Ville-Rivage comme par exemple les morceaux de journal à récupérer dans ce monde ouvert pour reconstituer l’histoire au fur et à mesure dans le codex.

Des moments riches en émotions

D’îles en îles, à la chasse aux Étincelles

Armé de votre filet à Étincelles, vous partirez à l’assaut d’îles, indiquées sur votre boussole NSWE. Difficile de se perdre ! La première partie du jeu est très guidée du fait de l’aspect jeu-couloir à cause du brouillard en plus d’un tutoriel bien rodé où on apprend très facilement les mouvements d’attaque, d’esquive et de déplacement du personnage. Ils sont d’une simplicité assez bénéfique pour que les plus jeunes puissent s’amuser sans trop de difficulté : attaque rotative avec Y, simple avec X, saut avec A (double saut, vol…) et l’esquive avec B. Les gâchettes permettent des actions supplémentaires comme s’accrocher à des anneaux ou ralentir le temps pour mieux observer la situation. Plus vous avancerez dans l’aventure, plus vous serez libre de parcourir l’archipel à votre guise en dégageant la zone de la « mélasse ».

Quêtes, combats… Classique mais efficace !

On fait toujours la même chose, non ?

Au final, après cinq heures de jeu, nous avons terminé l’histoire principale assez rapidement. Faute de contenu post-game, la durée de vie est relativement courte, même si elle est intense en émotions ! Le schéma de fonctionnement de gameplay reste finalement toujours le même : aller d’une île à une autre, aider un habitant en lui rapportant un objet, tuer des monstres – relativement simple – et activer les phares grâce aux Étincelles, le tout estampillé par des cinématiques irréprochables en terme de qualité et de compréhension de l’univers. Peut-être l’ajout de DLC ou de contenu supplémentaire corrigera ce sentiment même si à notre sens, cela ne fera que dénaturer l’aventure qui une fois finie se révèle bien construite et cohérente.

ON A AIMÉ
+ Direction artistique sublimement poétique !
+ Narration : voix et sous-titres intégralement en français
+ Une belle technique chatoyante, jusqu’à 4K 60 FPS !
+ Une vraie leçon de vie, entre émotions et émerveillement
+ Gameplay instinctif, permissif : vite addictif !

ON A MOINS AIMÉ
Quelques bugs mineurs de caméra, clipping et collision…
Gestion des quêtes secondaires un peu désordonnée
Aventure de durée moyenne (cinq heures environ pour terminer l’histoire)
Grand-Mère qui part à chaque fois sur son bateau sans nous attendre

Marins de tous les horizons, Wavetale sonne la cloche d’un appel au grand large convaincant et très réussi ! De part sa nature cartoon / bande-dessinée, d’une qualité technique maîtrisée, d’un gameplay ni trop facile, ni trop dur, le jeu propose clairement une aventure digne de ce nom pour les petits comme pour les plus grands. De métaphores insoupçonnées jusqu’aux trésors cachés dans l’archipel, l’aventure est vraiment difficilement désagréable, surtout avec des voix et sous-titres intégralement en français, de quoi rendre l’immersion encore plus réussie. Vous pourrez partir à la rencontre des habitants de Ville-Rivage, apprendre à les connaître via votre carnet ou les missions annexes : c’est tout un riche univers à découvrir. Gratuit pour les abonnés Stadia Pro, Wavetale est un conte marin qui nous a emporté dans le monde de Sigrid avec succès ! Mais après tout, peut-être n’était-ce qu’un rêve ?

Ce contenu est cool ? Partage-le !