Far Cry 5 : bienvenue au Paradis des fanatiques !

« Viens te confesser et accepte le Oui du Père ». Qui n’a jamais tremblé devant l’antagoniste iconique de Far Cry 5, Joseph Seed ? Vivez l’expérience du héros profondément américain dans ce cinquième opus de la licence Far Cry d’Ubisoft, sortie en mars 2018, qui vous plonge dans un Montana des plus immersifs. Attention, pas de lieu réel mais la région fictive de Hope County, sensée être au nord du Montana. Un Far Cry qui se veut novateur ? Ou un argument de vente pour un jeu de destruction et de mise à mort de centaines de fanatiques ? Découvrons ensemble le jeu. Spoil et frissons garantis, vous êtes prévenus !

Une secte de malades, dirigée par une famille de malades, pour Dieu

Oui ça fait beaucoup, c’est peut-être volontaire de la part d’Ubisoft mais la religion est le principal fil conducteur qui unit tous les fanatiques. Mais attention, pas la religion chrétienne telle qu’on l’a connaît… La religion re-façonnée par un seul homme, Joseph Seed, le plus fanatique des fanatiques. Antagoniste principal, il est le leader de la secte des fanatiques religieux de la vallée de Hope County. Tout le scénario gravite autour de cet homme dont on comprend vite qu’il est le pilier de l’Etat fanatique qu’il a créé. L’histoire débute par un vol en hélicoptère. Nous incarnons l’officier Sheriff’s Deputy accompagné du marshall et de policiers, avec un mandat à la main contre Joseph et son paradis de Eden’s Gate. Le motif ? Homicides, séquestration et abus de position sur personne en position de faiblesse. De quoi fixer le tableau du personnage dès le début du jeu. Notre équipe atterrit près d’une église : le décor du fanatisme religieux est planté. Nous rencontrons Joseph Seed et sa famille : son frère John, sa sœur Faith et son dernier frère Jacob. Nous mettons les menottes au « Père » et on retourne vers l’hélicoptère. C’est là que la folie s’empare des fanatiques

Voir leur Saint Guide tant glorifié, menotté et embarqué, les rend hors d’eux. Au décollage de l’hélicoptère, ils se jettent sur les hélices, s’attachent comme ils le peuvent, et témoignent vraiment une folie aveuglée, une obsession pour leur leader. Nous accusant d’hérétiques, on est vite amené à comprendre qu’on ne sortira jamais de cet enfer.

S’échapper pour survivre, un classique

Là où Ubisoft réussit son coup d’une main de maître, c’est dans la mise en scène particulièrement réussie. Notre hélicoptère s’écrase et nous voilà pris au piège dans cet Etat qui se veut être un paradis. Dans notre tentative d’échapper à la secte des Seed, nous trouvons une arme, prête à être utilisée ! Guidés par des astuces pour comprendre comment fonctionne les bases du jeu, on dégomme quelques fanatiques. Ensuite vient le black-out. Très astucieux, on se réveille ensuite sur l’île de Dutch, habitant résistant à la secte, qui nous a sauvé d’une mort certaine. Il nous dit d’aller secourir nos amis qui sont capturés par chaque membre de la famille Seed. Trois régions à découvrir pour trois coéquipiers à sauver. L’idée derrière cette fragmentation des zones, c’est d’offrir au joueur la liberté d’approcher l’aventure comme il le souhaite. Chacune des trois régions est associée à une jauge d’influence, à faire grimper en aidant la résistance durant les missions, en libérant des otages ou en mettant à sac les ressources de la Secte. Une fois la jauge à son maximum, le membre de la famille Seed vous défit. Bien sûr vous le tuerez. Et une fois les trois régions conquises, Joseph Seed se révélera pour le bouquet final.

Tuer les membres de la famille de Joseph, telle est la voie

Des explosions à profusion, mettez l’Eden’s Gate à feu et à sang !

C’est l’essence même du jeu, tuer, brûler, piller, détruire les bases ennemis, voler leurs ressources. Du pur américain quoi – un peu similaire à du Just Cause aussi -. La destruction est omniprésente accrochez-vous, même si c’est très fun de répandre le chaos dans la secte de Joseph Seed, c’est très redondant, les activités se ressemblent presque toutes dans le fond. Mis à part de l’exploration de bases de survivaliste, les principales activités seront de détruire des silos, conquérir des bases ennemis et aider les habitants de chaque région, dans le but de faire monter la jauge d’influence de la résistance pour chaque région.

Exploser un silo au pistolet, un jeu d’enfants

Pour cela, vous aurez un arsenal plutôt varié, les armes sont achetables en boutique ou lootables sur les corps des PNJs et ennemis ou même dans les caches et camion de ravitaillement. Bazooka, lance-flamme, C4, grenade, molotov, vous aurez le choix pour tout détruire ! A noter que le feu se propage très vite, trop vite peut-être et manque de réalisme, sur les véhicules par exemple, il arrive que le feu s’éteigne tout seul… Un bon moyen pour faire de la chasse à l’ours ceci dit !

Une liberté d’action et de déplacement dans un monde ouvert réussi

Le jeu vous propose de choisir vous-même la façon dont vous allez réduire à néant le paradis Eden’s Gate de la famille des Seed. Qui dit monde ouvert dit aussi beaucoup de véhicules. Pas mal de choix en plus de la personnalisation, vous pourrez même avoir des véhicules avec des armes comme des roquettes ou mitrailleuses (avions, bateaux, camions, voitures, quad…). La mobilité est vraiment très bien exploitée, les cockpits sont détaillés (compteurs de vitesse, accéléromètre…).

Le tracteur, efficace pour maltraiter des PNJ !

Vous pourrez aussi débloquer toujours plus de compétences en gagnant des points d’expériences. Très utile pour débloquer des coéquipiers, qui pourront vous assister en jeu (comme le chien Boomer, Grace et son sniper…) ou bien avoir plus de vie, pouvoir crocheter les serrures, le parachute… C’est à vous de définir comment vous jouez.

Si vous en avez marre de parcourir la map d’Eden’s Gate, vous pourrez toujours jouer dans le mode Arcade, le mode multijoueurs ou bien jouer les DLCs (Zombies, Darkness, Perdus sur Mars)…

Partie arcade, un bon moyen de jouer en multijoueur

L’IA veut vous tuer, que ce soit vos amis ou vos ennemis

Far Cry 5 c’est aussi du combat… LE plus gros défaut du jeu, LE point noir qui risque soit de bien vous amuser soit de gâcher pas mal de vos heures de jeu. En effet, l’IA est vraiment très vieille, manque de sensibilité et paraît vraiment très déséquilibrée : soit vos ennemis ne vous verront pas, même à deux mètres de vous, soit les ennemis vous verront à des distances complétement abusées… Les ennemis vous tuent en quelques coups, plutôt réaliste de ce côté, même si on meurt beaucoup de fois, pourtant en difficulté normale. Quand vous mourrez, vous pouvez attendre qu’un de vos coéquippiers vous réanime. De nombreuses fois, ceux-ci vous regardent mourir ou attendent, plantés comme des poteaux, bien marrant mais cela risque de gâcher votre expérience de jeu surtout en solo… Franchement très décevant, en plus des PNJ complétement inutiles qui se foncent entre eux en voitures, vous écrasent en plein combat… On se retrouve dans des situations plutôt originales, il faut l’avouer !

Mon coéquipier PNJ qui me fonce dedans…
Un PNJ qui m’écrase, complétement bugé !
On a aiméOn a moins aimé
– l’immersion très réussie au Montana
– Joseph Seed et sa famille, antagonistes très convaincants
– un monde ouvert vivant et dynamique
– l’exploration beaucoup récompensée par du loot
– une liberté de jeu totale (infiltration, action, choix du parcours)
– l’arsenal et les véhicules, le catalogue est diversifié
– le combat aérien, très réussi, dans le pilotage ou les armes
– l’IA complètement dépassée, vieille et déséquilibrée
– quelques bugs de collision ou de comportement de PNJ
– le feu se propage beaucoup trop vite (mais très drôle)

Mettre le Montana à feu et à sang, voilà un bon argument de vente pour Far Cry 5 ! Non plus sérieusement, je ne peux que vous conseiller le jeu si vous cherchez une expérience singulière dans un monde ouvert riche.
Les studios d’Ubisoft Montréal et Ubisoft Toronto ont beaucoup travaillé sur la finesse du décor et les détails des différents environnements, le résultat est très convaincant de ce point de vue. Malheureusement, les ennemis et nos amis PNJ, manquent cruellement d’intelligence et vous détruiront – au sens littéral – votre aventure plus qu’autre chose. Cependant, vous apprécierez les cinématiques et les scènes d’action, très réussies et qui vous laisseront sujet à beaucoup de réflexion. Les nombreux véhicules vous permettent de traverser les régions par voie terrestre, maritime ou aérienne. Beaucoup de quêtes annexes ou d’endroits à découvrir, de quoi récompenser tout explorateur. Alors, dégainez votre arme et allez rôtir du fanatique !
A noter que le jeu est jouable en coop et qu’il y a trois extensions (Zombies, Perdus sur Mars, Guerre Vietnam).


Pour ceux qui ont vraiment aimé le jeu, vous pouvez partir sur Far Cry New Dawn – voir notre test vidéo – le standalone qui se situe 17 ans plus tard. Far Cry 5 est très convaincant dans l’ensemble, on ne peut qu’espérer que sa suite Far Cry 6 corrige les défauts d’IA pour proposer une expérience digne de ce nom.

Un grand merci à LU6.1 pour m’avoir permis de tester le jeu !

Ce contenu est cool ? Partage-le !